• Deux soutiens d'E. Macron mettent à mal sa promesse

    Richard Ferrand, bras droit d'Emmanuel Macron et Pierre Cabaré (député investi LREM, La République En Marche) ont tous deux leurs propres affaires. Des affaires qui contredisent la "moralisation de la vie publique," pourtant au coeur du programme d'Emmanuel Macron.

     

     

    L'affaire Ferrand. 

    Deux soutiens d'E. Macron mettent à mal sa promesseRichard Ferrand était l'un des bras droits et très proche soutien d'Emmanuel Macron pour son accession à la tête de l'Etat en 2012. Quand Emmanuel Macron est arrivé au pouvoir, le député Richard Ferrand devait déjà faire face à une affaire, ressemblant fortement à celle qui avait secoué l'ex-premier ministre François Fillon ("le Fillon gate") durant la campagne présidentielle de 2017.

    En bref : Richard Ferrand est mis en cause dans :

    1) un montage immobilier juteux, impliquant sa femme.  Sa femme  se serait ainsi constitué un patrimoine de 402 000 euros, sans avoir déboursé le moindre centime pour l'acquisition.

    2) un conflit d'intérêt. Après avoir été directeur général du réseau des Mutuelles de Bretagne, Richard Ferrand est resté chargé de mission de l'organisation, rémunéré 1 250 euros par mois, pendant tout son mandat de député entre 2012-2017. En outre, en octobre 2012, il co-signe une proposition de loi qui vise « à permettre aux mutuelles de mettre en place des réseaux de soins », comportant des tarifs avantageux pour ses adhérents. Aussi, des contrats auraient été conclus avec les Mutuelles de Bretagne, aux bénéfices de l'ex-épouse de Richard Ferrand et de son actuelle compagne.

    3) l'embauche de son fils comme assistant parlementaire, durant cinq mois, pour un montant total net de 6 800 euros. Ce à quoi il a répondu : "Pas simple de trouver un jeune qui sait lire" en Centre-Bretagne. Quand l'insulte devient un moyen de défense... maladroite.

     

    L'affaire Richard Ferrand en cinq questions :

    http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/05/31/l-affaire-richard-ferrand-en-cinq-questions_5136649_4355770.html

     

     

    Pierre Cabaré, condamné à une peine d'inéligibilité en 2003, est investi "La République En Marche" (parti soutenu et créé par Emmanuel Macron). Pourtant, le Président en avait fait son argument de campagne : ce sera la fin de la vieille politique. Début mai, son proche conseiller Richard Ferrand avait rappelé qu'aucun candidat ne serait investi par LREM si son casier judiciaire n'était pas vierge ou s'il avait été condamné pour une peine d'inéligibilité. Finalement, le renouvellement, ce ne sera pas pour tout de suite...


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :